Les formes en porte-à-faux

Véronique Lépine

Les formes en porte-à-faux

  • Exposition
© Véronique Lépine

Véronique Lépine vit et travaille à Montréal. Elle poursuit actuellement une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l'UQAM. La reproduction d'objets se retrouve au cœur de sa démarche de création. L'absence de réalisme et de perspective, de même que le choix des couleurs attribuées aux objets, rappellent l'esthétique de l'illustration, à la frontière entre le folk art et le pop art. Son travail a été présenté au sein d'expositions individuelles et collectives. Soulignons, entre autres, Des objets épars (Galerie Lilian Rodriguez, 2014), Projet Passeport (Dare-Dare, 2016) et Archives cannibales (La Centrale Galerie Powerhouse, 2014). Elle est cofondatrice de Pique-nique.

Site web

21 November 2019 to 21 December 2019

La Galerie B-312 est heureuse de présenter Les formes en porte-à-faux de l'artiste Véronique Lépine. Cette exposition fait suite à une résidence effectuée à la Galerie l’été dernier. À travers un processus évolutif et instinctif, l’artiste propose des assemblages d’objets reproduits manuellement qui, présentés au mur ou apposés sur des tables de travail, s’appréhendent à partir d’un point de vue privilégié, comme lorsqu’on regarde un tableau.—À partir de l’observation sensible de ce qui l’entoure et à travers ses gestes de reproduction et de manipulation, Véronique Lépine réinterprète les matériaux d’atelier et les objets de son quotidien pour les dépouiller de leurs fonctions utilitaires. S’inscrivant dans une démarche exploratoire visant à questionner la malléabilité de la matière, l’artiste use de stratégies non conventionnelles à la pratique de la céramique et du moulage, allant jusqu’à détourner l’usage premier de certains matériaux qu’elle choisira davantage pour leur qualité plastique que pratique, afin de mettre de l’avant leurs formes, leurs couleurs et leurs matérialités. Ces renversements et jeux d’association opèrent à la fois sur un mode ludique et conceptuel. Cette grande liberté avec laquelle Véronique Lépine rejoue ses modèles confère à ses installations une sensibilité avoisinant l’univers folk. Les assemblages de l’artiste procèdent par accumulation, et leur organisation crée des mises en espace où le déséquilibre et la précarité deviennent une force de tension traversant l’ensemble des propositions. L’exposition Les formes en porte-à-faux présente l’aboutissement des recherches de l’artiste comme candidate à la maîtrise en arts visuels de l’UQAM.

— ISABELLE GUIMOND