Marianne Desrochers

Historienne de l'art

 

CHAMP D'INTÉRÊTS
Marianne Desrochers est historienne de l’art. Elle s'intéresse aux stratégies de décolonisation et de résistance au sein des pratiques engagées des artistes autochtones tout en s’attardant aux pratiques qui défient les pouvoirs politiques, économiques, médiatiques et symboliques des sociétés eurocentriques et patriarcales. Elle a participé à la rédaction du collectif Créativités autochtones actuelles en Kébeq¹, à travers lequel elle inscrit les œuvres contemporaines autochtones comme paradigmes de transformation, de décolonisation et de guérison. En 2018, en collaboration avec la direction générale de La Cenne, un organisme culturel situé au cœur de Villeray, Marianne fonde la Galerie perchée, un espace d’exposition permanent qui contribue au rayonnement des artistes qui interrogent les problématiques liées aux enjeux sociaux et à l’art actuel. Depuis 2016, elle s’implique activement dans le milieu des arts visuels, notamment auprès du centre d’artistes Diagonale, de la Galerie de l’UQAM et, depuis 2018, en tant qu’adjointe à la direction à la Galerie B-312.

Biographie: 

Marianne Desrochers vit et travaille à Montréal. Elle possède un baccalauréat et une maîtrise en histoire de l’art de l’Université de Montréal. Son mémoire La réponse à la Loi sur les Indiens dans les insoumissions performatives de Lawrence Paul Yuxweluptun, Teharihulen Michel Savard et Louis-Karl Picard-Sioui (2016) a reçu une mention d’excellence. Marianne Desrochers est membre du conseil d’administration de l’espace culturel La Cenne et siège sur le comité Équité et diversité du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ). 

 

¹ Marianne Desrochers (À paraître). « L’appropriation sans l’assimilation : une histoire autochtone des rapports entre sociétés et arts », dans Louise Vigneault (dir.) Créativités autochtones actuelles en Kébeq, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.