CUBA STILL (REMAKE)

ADAD HANNAH

CUBA STILL (REMAKE)

Adad Hannah CUBA STILL (REMAKE)
10 septembre 2005 au 15 octobre 2005

Pour ouvrir la saison 2005-2006, la Galerie B-312 a le plaisir de recevoir Cuba Stills (Remake), le plus récent travail de  Adad Hannah. La proposition s’inscrit dans la lignée des Stills, une série de vidéos dans lesquelles se côtoient univers photographiques et filmiques. Rappelons que les Stills consistent à filmer des personnages en situation auxquels l’artiste a demandé de rester immobile. Cette fois, Adah Hannah a complexifié le dispositif.—Dans la grande salle, six projections vidéo de ce type s’imbriquent les unes aux autres et forment un immense tableau vivant. Face à cette image recomposée, s’imposent une multitudes de petits accidents, qui deviennent autant d’indices de vérité dans ce qui se présente déjà comme une fiction construite de toutes pièces. Il y a bien sûr les raccords. Et puis il y a tous ces mouvements qui échappent au contrôle des acteurs. Il y a aussi ceux qui échappent à l’auteur – le vent dans les feuilles des arbres ou encore quelqu’un qui entre dans le champ de la caméra. Il y a enfin l’incessant tremblement de l’image vidéo elle-même.—Ces projections s’accompagnent, dans la petite salle, de fragments d’impressions photographiques issus d’une matrice unique, un photogramme anonyme dégoté par l’artiste dans le quartier chinois de la Havane. Cette image, qui a inspiré le vidéo montage présenté dans la grande salle, est pour le moins incongrue. Sans véritable origine tellement le temps s’y télescope, elle transpire l’inventé, le construit, le joué. Chose certaine, nous ne serions pas en mesure d’en apprécier la facticité sans l’œuvre qu’elle a inspirée à Adad Hannah. Faisons un pas de plus : En irait-il de l’art et de son rapport au monde comme il en va ici de Cuba Stills (Remake) et de son rapport à l’image qui l’a causé? 

—Jean-Émile Verdier et Émilie Renaud Roy