remettre ça

ANDREA SZILASI, FRANCINE SAVARD, KARILEE FUGLEM, MARIE-FRANCE BRIÈRE, CLAIRE SAVOIE

remettre ça

 

Michel Boulanger—Marthe Carrier—Marc Desjardins—Johanne Gagnon 

—invitent—

 

Andrea Szilasi remettre ça © Exposition " Remettre ça", Galerie B-312, 2001.
© Exposition " Remettre ça", Galerie B-312, 2001.

 

En 1990, Johanne Gagnon se voit offrir la direction de la Galerie d’art l’Émergence inc. Étudiante à la Maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal, elle invite d’autres artistes à s’impliquer dans ce projet. Michel Boulanger, Marthe Carrier et Marc Desjardins acceptent la proposition et s’engagent avec elle à redéfinir et recréer un nouveau centre de diffusion. À l’automne 1991, la galerie ouvre ses portes et présente sa première exposition.—Espace longtemps réservé aux artistes en début de carrière, la Galerie B-312 a toujours cherché à rendre compte de la diversité des pratiques en arts visuels. Au cœur des activités du 10e anniversaire, cette notion de diversité refait surface et s’impose comme fil conducteur des festivités de la saison 2001-2002. 

 

20 septembre 2001

 

Pour souligner le 10e anniversaire de la Galerie B-312, les membres du collectif ont invité les fondateurs du centre à organiser une exposition autour du thème de la rétrospective.—Dix ans, une décennie : une rétrospective qui n’en est pas une, voilà l’exposition que nous proposent Michel Boulanger, Marthe Carrier, Marc Desjardins et Johanne Gagnon.—Identifiant certains artistes dont la production a marqué l’un et l’autre des fondateurs au cours de ces dix années, ces derniers ont à leur tour invité les artistes à choisir parmi leurs œuvres issues de la même période celles qui leur semblaient déterminantes pour le développement de leur pratique et qui se prêtaient bien à une telle (ré)exposition, des œuvres à partir desquelles se ferait la sélection finale. Remettre ça.—Marie-France Brière, Karilee Fuglem, Francine Savard, Claire Savoie et Andrea Szilasi ont toutes accepté de se prêter à cet exercice. Des points de vue de l’intérieur, portés par le temps, un regard posé sur « cette denrée périssable logée dans la profondeur de la matière »1.

1.  Marc Desjardins, extrait du Cahier no 57 qui accompagne la présente exposition.