OLIBRIUS

CATHERINE VIDAL, DAVID PAQUIN, FRANCIS ROSSIGNOL, PIERRE-ÉTIENNE ROUILLARD, FRÉDÉRIC BOIVIN

OLIBRIUS

mise en scène de L’Anus solaire et Le Mort—textes de Georges Bataille

  • Théâtre expérimental
17 septembre 2003

La Galerie B-312 est heureuse d’accueillir la toute première œuvre d’Olibrius, une mise en scène de deux textes de Georges Bataille, Le mort et L’anus solaire.—Avec ce diptyque théâtral, Olibrius ouvre un espace entre théâtre et performance où, pour servir le texte de Bataille, l’acteur fait d’abord l’épreuve de la résistance de son corps dans l’immobilité ; une immobilité autour de laquelle se structure tout l’événement. —Isolement de l’être dans ses parois, l’immobilité est aussi la possibilité même de l’investissement de forces ineffables à faire l’impossible : Sortir de l’immobilisme. Avec cet événement, Olibrius explore l’« être-acteur » de l’acteur tout en métaphorisant ce fait bien humain du choix de l’immobilité ou bien pour sombrer dans l’immobilisme ou bien au contraire pour s’en extraire. L’immobilisme, forme morbide de l’absence de mouvement, est d’abord et avant tout le reflet d’une entrave qui se refuse au savoir et dont il est toujours possible de se sortir. S’en libérer n’en suppose pas moins un risque ; un risque où la mort peut être au rendez-vous, mais jamais comme dans l’immobilisme. À nous de choisir. 

—Jean-Émile Verdier

 

Olibrius est composé pour l’occasion de Frédéric Boivin (comédien), David Paquin (musicien), Francis Rossignol (musicien), Pierre-Étienne Rouillard (comédien) et Catherine Vidal (comédienne). 

*Il est à noter qu’une représentation supplémentaire sera donnée le vendredi 26 septembre 2003 à 19h dans le cadre des Journées de la culture.