Duet

ANDREW FORSTER

Duet

Exposition
Andrew Forster Duet

Andrew Forster est un artiste dont la pratique touche à l’installation, la performance, la vidéo et la photographie. Il a réalisé plusieurs projets de collaboration. Parmi ceux-ci, mentionnons les performances That Time, de Samuel Beckett (en collaboration avec Michel Fernandes, 1997) ; le design primé dans le cadre du concours du nouveau hall d’entrée de la Place des Arts à Montréal (en collaboration avec Atelier Big City, Architectes,  2004) ; la performance En masse, réunissant 75 personnes sur scène à l’espace Tangente (en collaboration avec la chorégraphe Suzanne Miller, 2003) ; Push!, une installation sur la photographie et la violence, réalisée avec le concours de plusieurs artistes (Pierre Giner, Shauna Beharry, Isabelle Bernier et David Miller) et présentée à la Galerie B-312 en 2004 ; Cinéma, un événement performance exécuté à l’extérieur de l’immeuble de la SAT pour un public assis à l’intérieur ; et Moat, une performance et installation vidéo enregistrée autour de la Maison du Canada à Trafalgar Square à Londres, en 2005,  associant performance « sur le vif » et éléments de technologie de surveillance vidéo. Un survol de ses plus récentes vidéos et installations (Duet/Trio/Quartet) a été présenté à l’été à la Saint Mary's University Art Gallery, à Halifax, alors qu’en octobre, il produira une nouvelle performance à l’espace Tangente.— En 2003, l’artiste créait PUSH, une compagnie  axée sur les recherches interdisciplinaires (performance, danse, architecture et nouveaux médias).

 


http://www.reluctant.ca
5 septembre 2008 - 4 octobre 2008

—VERNISSAGE VENDREDI 05 SEPTEMBRE 2008 À 17H

La Galerie B-312 est heureuse d’accueillir dans sa petite salle Duet, une installation vidéographique qu’Andrew Forster a réalisée avec la collaboration des danseurs Monique Romeiko et Robert Schweitzer. On y voit le corps d’un personnage masculin, qui est commandé par une obscure volonté. Un personnage féminin entre alors en scène pour accompagner le personnage masculin dans la reconquête de la maîtrise de ses gestes. — La situation est privée de tout contexte. Pas de lieu, pas de temps ni d’action déterminés ; seulement un duel combiné à un duo : un duel entre un corps et une force invisible en train d’en prendre possession ; un duo de deux êtres, où les gestes de l’un s’accordent à ceux de l’autre. — L’œuvre n’est pas linéaire. La double dialectique de l’affrontement et de la concorde, qui y est présentée, se rejoue sans cesse sans trouver de terme, sinon celui d’ouvrir un espace de réflexion sans limite sur la question du mobile du geste. Qu’est-ce qui pousse à poser tel geste ? Quelle est la raison d’être de tel mouvement ? — En représentant le geste vidé de son mobile, Duet est en mesure d’illustrer bien des situations où le geste est impliqué, à commencer par celle de la création du geste dans le domaine de la danse. En sachant que la chorégraphie du personnage masculin est un écho à la scène, abondamment diffusée par les médias d’information, de l’arrestation d’Hassam Abdo, un jeune homme de 14 ans interpellé le 24 mars 2004 par l’armée israélienne à un point de contrôle en Cisjordanie, une tout autre réflexion s’engage alors, qui exige de distinguer geste et action sans toutefois exclure l’art comme une forme d’action. Geste et action, duel ou duo ? 

—JEAN-ÉMILE VERDIER

 

ANDREW FORSTER

Duet

5 septembre 2008 - 4 octobre 2008
Andrew Forster Duet

—VERNISSAGE VENDREDI 05 SEPTEMBRE 2008 À 17H

La Galerie B-312 est heureuse d’accueillir dans sa petite salle Duet, une installation vidéographique qu’Andrew Forster a réalisée avec la collaboration des danseurs Monique Romeiko et Robert Schweitzer. On y voit le corps d’un personnage masculin, qui est commandé par une obscure volonté. Un personnage féminin entre alors en scène pour accompagner le personnage masculin dans la reconquête de la maîtrise de ses gestes. — La situation est privée de tout contexte. Pas de lieu, pas de temps ni d’action déterminés ; seulement un duel combiné à un duo : un duel entre un corps et une force invisible en train d’en prendre possession ; un duo de deux êtres, où les gestes de l’un s’accordent à ceux de l’autre. — L’œuvre n’est pas linéaire. La double dialectique de l’affrontement et de la concorde, qui y est présentée, se rejoue sans cesse sans trouver de terme, sinon celui d’ouvrir un espace de réflexion sans limite sur la question du mobile du geste. Qu’est-ce qui pousse à poser tel geste ? Quelle est la raison d’être de tel mouvement ? — En représentant le geste vidé de son mobile, Duet est en mesure d’illustrer bien des situations où le geste est impliqué, à commencer par celle de la création du geste dans le domaine de la danse. En sachant que la chorégraphie du personnage masculin est un écho à la scène, abondamment diffusée par les médias d’information, de l’arrestation d’Hassam Abdo, un jeune homme de 14 ans interpellé le 24 mars 2004 par l’armée israélienne à un point de contrôle en Cisjordanie, une tout autre réflexion s’engage alors, qui exige de distinguer geste et action sans toutefois exclure l’art comme une forme d’action. Geste et action, duel ou duo ? 

—JEAN-ÉMILE VERDIER

 

Andrew Forster est un artiste dont la pratique touche à l’installation, la performance, la vidéo et la photographie. Il a réalisé plusieurs projets de collaboration. Parmi ceux-ci, mentionnons les performances That Time, de Samuel Beckett (en collaboration avec Michel Fernandes, 1997) ; le design primé dans le cadre du concours du nouveau hall d’entrée de la Place des Arts à Montréal (en collaboration avec Atelier Big City, Architectes,  2004) ; la performance En masse, réunissant 75 personnes sur scène à l’espace Tangente (en collaboration avec la chorégraphe Suzanne Miller, 2003) ; Push!, une installation sur la photographie et la violence, réalisée avec le concours de plusieurs artistes (Pierre Giner, Shauna Beharry, Isabelle Bernier et David Miller) et présentée à la Galerie B-312 en 2004 ; Cinéma, un événement performance exécuté à l’extérieur de l’immeuble de la SAT pour un public assis à l’intérieur ; et Moat, une performance et installation vidéo enregistrée autour de la Maison du Canada à Trafalgar Square à Londres, en 2005,  associant performance « sur le vif » et éléments de technologie de surveillance vidéo. Un survol de ses plus récentes vidéos et installations (Duet/Trio/Quartet) a été présenté à l’été à la Saint Mary's University Art Gallery, à Halifax, alors qu’en octobre, il produira une nouvelle performance à l’espace Tangente.— En 2003, l’artiste créait PUSH, une compagnie  axée sur les recherches interdisciplinaires (performance, danse, architecture et nouveaux médias).