A mirror, my shadow, the view

Hanna Hur

A mirror, my shadow, the view

  • Exposition
Hanna Hur A mirror, my shadow, the view

Hanna Hur réside et travaille à Toronto. Elle a complété un baccalauréat à l'Université Concordia en 2008. Le travail de Hanna Hur a été présenté dans le cadre de plusieurs expositions collectives à Toronto soit notamment à Mercer Union (2011), Art Metropole et XPACE (2012). En 2011, grâce au soutien du Conseil des arts de l’Ontario, Hanna Hur a séjourné à Berlin où elle a pu collaborer avec l’artiste Candice Breitz. Durant cette résidence en Allemagne, elle a présenté une exposition solo à la Galerie Okazi (2011). L’hiver dernier, elle a organisé l’exposition collective, Again, With Feeling ! qui réunissait le travail de sept jeunes artistes vivant à Toronto. Hanna Hur prépare actuellement deux expositions qui seront présentées respectivement chez O’Born Contemporary et chez YYZ Artists‘ Outlet (Toronto). Son exposition A Mirror, My Shadow, The View présentée à la Galerie B-312 est sa première exposition individuelle au Canada.

hannahur.com

11 octobre 2012 au 10 novembre 2012

—VERNISSAGE JEUDI 11 OCTOBRE 2012 À 17H

La Galerie B-312 est heureuse de présenter dans sa petite salle A Mirror, My Shadow, The View de l’artiste multidisciplinaire torontoise Hanna Hur. Cette exposition rassemble principalement des dessins provenant du projet Views on Views, amorcé au cours d’un séjour à Berlin.—Dans son travail, Hanna Hur combine une recherche documentaire provenant de divers horizons (la philosophie et la psychologie, par exemple) à une approche plus intuitive en atelier. Les premières esquisses réalisées dans le cadre du projet Views on Views ont mené l’artiste à s’intéresser notamment au livre La Phénoménologie de la Perception du philosophe français Maurice Merleau-Ponty, dont les idées ont nourri les créations subséquentes.—De formats variés pouvant rappeler des cartes postales, des photographies ou des affiches, les dessins tirés de ce projet ont en commun le paysage. À partir de cette représentation familière, l’artiste joue avec la subjectivité du spectateur et avec les attentes qu’on peut associer à un tel sujet, comme le déploiement de grands espaces ou l’affirmation de la beauté naturelle. L’artiste choisit plutôt d’introduire au dessin une complexité visuelle qui brouille son interprétation.—En déconstruisant la représentation classique du paysage, les dessins de Hanna Hur rendent visibles les filtres et les raccourcis qui interviennent lorsqu’on perçoit un sujet familier. Une visite à la Galerie B-312 vous permettra d’en mesurer l’effet. —Mathieu Ménard