Orchestre à géométrie variable

JEAN-PIERRE GAUTHIER

Orchestre à géométrie variable

  • Exposition
© Jean-Pierre Gauthier—Galerie B-312

PERFORMANCE SONORE ET LANCEMENT 
La dernière journée de l'exposition, une performance suivie du lancement d'une publication spéciale produite dans le cadre du Prix Louis-Comtois clôtureront ce projet sonore d'envergure. Joignez-vous à nous pour cet événement festif !
 

BIOGRAPHIE
Jean-Pierre Gauthier est présent sur la scène de l’art contemporain depuis le milieu des années 1990. Il poursuit une démarche hybride intégrant les arts visuels, l’art sonore et cinétique. Ses installations ont été présentées à travers le Canada, les États-Unis, en Amérique du Sud, en Europe et en Asie. Figure marquante des arts médiatiques canadiens, son travail a été diffusé lors de plusieurs manifestations dédiées aux arts numériques, entre autres, Transmediale (Berlin, 2006), Electrohype (Lund, 2006), Tonspur (Vienne, 2010), FILE (Sᾶo Paulo, 2012) International Triennial of New Media Art (Pékin, 2014). En 2011, le Village Voice considérait son exposition présentée à la Galerie Jack Shainman comme l’une des dix meilleures de l’année à New York.
Gagnant du Prix Sobey en 2004, il est également récipiendaire du Prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton en 2006 ainsi que du Prix Louis-Comtois en 2012. L’artiste est représenté par la Galerie Jack Shainman (New York).

5 septembre 2014 au 4 octobre 2014

RÉSIDENCE août 2014
PERFORMANCE ET LANCEMENT samedi 4 octobre à 17 h 

—Vernissage le vendredi 5 septembre 2014 à 17h30

Au cours du mois d'août, la Galerie B-312 a eu le plaisir d'accueillir Jean-Pierre Gauthier en résidence. Cette période de travail lui a permis de mettre en place une installation sonore immersive intitulée Orchestre à géométrie variable et de composer plus d'une dizaine de nouvelles pièces in situ, là où le son rebondit. Depuis deux ans, l'artiste travaille sur ce système orchestral dont une première configuration était récemment exposée au centre Expression (St-Hyacinthe). Comme son titre l'indique, la nature de cette œuvre est de se décliner à travers un ensemble de géométries variables. Les salles de la Galerie B-312 présentent donc un déploiement inédit de cet orchestre qui compte maintenant plus d'une vingtaine de compositions.

Cet ensemble de murales sonores résulte d’un travail consciencieux de lutherie, d’ingénierie, de dessin, de composition et de programmation. Les réseaux de câbles audio, d’éléments électroniques et mécaniques, permettent de diffuser, au moyen des enceintes acoustiques conçues pour chaque murale, des compositions inspirées par divers styles musicaux. En rendant possible, pour la première fois, le développement d'un langage musical basé sur la notion de style, l'orchestre a permis à Jean-Pierre Gauthier de transformer sa façon de travailler avec les outils de programmation.
Le dessin résultant du positionnement des câbles dans l'espace et leur codification par couleur correspond à une forme de routage, une opération consistant à optimiser la circulation des données sur un réseau. Les câbles reliant les circuits imprimés, les servomoteurs et les moteurs percussifs à courant continu sont donc positionnés sur les murs en fonction de leur usage et de leur destination. Alors que dans la grande salle les compositions ont été réalisées à partir des sons provenant des instruments percussifs et à frottement, captés puis redistribués, dans la plus petite galerie sont diffusées en quadriphonie des pièces réalisées à partir de fichiers audio préenregistrés.
L’Orchestre à géométrie variable révèle la place de plus en plus importante que l’artiste accorde à la mécanisation des dispositifs d’émission de l’onde sonore. Si ses œuvres ont d’abord été reconnues pour leurs qualités cinétique et narrative, notamment du fait de leur référence au monde ouvrier, aujourd'hui, il est intéressant d’observer dans sa démarche une abstraction de l’interactivité entre l’œuvre et le visiteur, une évacuation de la narrativité au profit de la musicalité, ainsi qu’une importance accrue accordée à la fabrication.

 —MARIE-EVE BEAUPRÉ

L'artiste remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec ainsi que la Ville de Montréal et l'AGAC pour leur soutien financier dans le cadre du Prix Louis-Comtois.