REMUE-MÉNAGE GLISSEMENTS ET EFFONDREMENTS

JEAN-PIERRE GAUTHIER

REMUE-MÉNAGE GLISSEMENTS ET EFFONDREMENTS

Jean-Pierre Gauthier REMUE-MÉNAGE GLISSEMENTS ET EFFONDREMENTS © Jean-Pierre Gauthier, exposition "Remue-Ménage glissements et effondrements" Galerie B-312, 2000.
© Jean-Pierre Gauthier, exposition "Remue-Ménage glissements et effondrements" Galerie B-312, 2000.

On a pu voir le travail de Jean-Pierre Gauthier lors d’expositions individuelles à Chicoutimi (Le Lobe, 1998), Montréal (Centre des arts actuels SKOL, 1997 et 1995), ainsi que lors d’exposition collectives  à Toronto (YYZ, 2000), Montréal (Musée d’art contemporain, 1999 et 1997) et Longueuil (Centre d’exposition Plein sud, 1998). Il participe actuellement à la Biennale de Montréal qui a lieu du 28 septembre au 29 octobre 2000 et son travail sera présenté prochainement en solo à la Kitchener-Waterloo Art Gallery ainsi qu’à la Monte Clark Gallery de Vancouver.

14 octobre 2000 au 11 décembre 2000

 

Le travail de mise en espace que poursuit Jean-Pierre Gauthier se conjugue à une exploration sonore où, avec humour, des objets courants se transforment en dispositifs de production de mouvements et de sons. Ce que nous pouvons avoir tendance à classer sous le vocable de « bruit » devient, de par l'organisation et la structuration de leur agencement, une suite sonore dotée de textures, une combinaison inouïe qui prend des allures mélodiques. De cet écart entre le bruit et le son naît une véritable expérience auditive.

Hormis la part sonore de l'installation, l'espace d'exposition devient le lieu de petites mises en scène que le visiteur active presque malgré lui, à l'aide de détecteurs de mouvement. Les objets s'animent alors selon une séquence aléatoire donnant lieu à une activité mécanique dont l'ordre complexe nous échappe. La familiarité des objets conjuguée à l'étran-geté de la situation n'est pas sans faire sourire. Mais ce qui, dans un premier temps, peut sembler absurde se transforme peu à peu et laisse place à de petits récits où des micro-événements reliés à nos activités quoti-diennes se retrouvent métamorphosés.