TOUCHER DU BOIS — TOUCH WOOD

KAREN TRASK

TOUCHER DU BOIS — TOUCH WOOD

Karen Trask TOUCHER DU BOIS — TOUCH WOOD © Karen Trash, exposition "Toucher du bois - Touch wood", Galerie B-312, 2000.
© Karen Trash, exposition "Toucher du bois - Touch wood", Galerie B-312, 2000.

 

 

On a pu voir le travail de Karen Trask lors d’expositions individuelles à  Edmonton (Latitude 53, 1999), Montréal  (Galerie Clark, 1997), Québec (Engramme, 1996) ainsi que lors de l’exposition collective tenue à la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal (1999). Elle a également participé aux Rendez-vous du cinéma québécois 2000 où elle a présenté la bande vidéo Mothertext.

 

 

 

9 septembre 2000 au 7 octobre 2000

 

Dans la petite salle de la galerie, Karen Trask nous propose une série de livres d’artiste où se développe une réflexion sur la matérialité de l'objet et sur notre rapport à celui-ci. Le langage et l'image s'y retrouvent, mais les qualités matérielles des supports attirent et retiennent notre attention sur ce qui donne corps à ces représentations. Curieusement, les mots et les images en acquièrent une virtualité accrue. 

À partir du livre, ce travail, dans son étonnante simplicité, nous ramène à l’origine végétale de celui-ci et introduit l’arbre comme motif. Mais cet arbre, même s’il est présent matériellement sous différentes formes, est aussi traversé par le langage. Inversement, le langage, bien que fortement inscrit dans le matériau, conserve tout son pouvoir d'évocation. 

Les objets se présentent à nous sous différentes apparences et impliquent des rapports divers. Il sont tantôt sculptures à regarder et impliquent un déplacement, tantôt livres à feuilleter, à manipuler, à lire, tantôt livre virtuel. C'est donc dire qu'ils nous convoquent différemment, qu'ils n'engagent pas notre corps de la même manière. Au cœur de l’expérience à laquelle nous sommes conviés prend place cette diversité où sont engagés nos sens de multiples façons, nous faisant ainsi éprouver notre présence par un registre étendu de qualités sensibles.