DES YEUX POUR ÎLES

MICHELLE BOUDREAU, LUC BOURBONNAIS, MARIO CÔTÉ, CLAUDE FERLAND

DES YEUX POUR ÎLES

 

Michel Gonneville—invite

 

© Exposition " Des yeux pour îles", Galerie B-312, 2002.
30 mars 2002 au 27 avril 2002

Pour cette 5e exposition de la programmation de son 10e anniversaire, la Galerie B-312 est très heureuse d’accueillir Des yeux pour Îles, un projet conçu par le compositeur Michel Gonneville. —Michel Gonneville a invité les artistes Michelle Boudreau, Luc Bourbonnais, Mario Côté et Claude Ferland à créer une œuvre à partir d’Îles, une pièce musicale qu’il avait composée en 1991 pour le chorégraphe Jean-Pierre Perreault. —Scindée en trois grands moments, l’œuvre musicale dessine un parcours de quarante minutes qui commence par les peintures de Luc Bourbonnais et les espaces scéniques de Michelle Boudreau, se poursuit avec la projection d’un vidéogramme de Mario Côté, et finit sur une installation de Claude Ferland.—L’exposition se déploie ainsi en un véritable récital visuel qui plonge le spectateur dans la situation de l’auditeur de concert assujetti à la durée de l’œuvre écoutée et en train d’apprécier le jeu des interprètes. Tels quatre « instrumentistes » du visuel, Michelle Boudreau compositrice, Luc Bourbonnais peintre et graveur, Mario Côté peintre et vidéaste et Claude Ferland impliqué dans les arts médiatiques, donnent une résonance spatiale à  cette œuvre musicale. Luc Bourbonnais sur le mode de l’évocation, Michelle Boudreau sur celui d’une appropriation plastique de paramètres musicaux, Mario Côté en traduisant les structures d’enchevêtrement des instruments, et Claude Ferland en proposant une interprétation ouvertement narrative. —Les artistes ne font cependant aucune concession sur leur préoccupation respective. Aussi est-on en droit de parler d’une incontestable rencontre entre processus de création distincts et néanmoins conquis par une seule et unique partition, celle d’Îles, dont Michel Gonneville propose, avec ses complices, une orchestration plastique transformant la galerie en un lieu pour une expérience rare — et pour cela incontournable — dans le domaine des arts visuels.

—JEAN-ÉMILE VERDIER