JEUX DU NORD

SANDRA LACHANCE

JEUX DU NORD

  • Exposition
© Lachance Sandra—Galerie B-312

Sandra Lachance vit à Montréal et travaille en France et au Québec. Elle a obtenu une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’un post-diplôme du Studio national des arts contemporains Le Fresnoy. Elle a exposé notamment dans le cadre du festival Transphotographiques 2011, Lille, France, des Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie, Cap-Chat (2013), de Orange, événement d'art actuel de Sainte-Hyacinthe (2012), d'un projet hors les murs organisé par le centre d'artistes Vertical à Laval (2013) et au Centre d'exposition Lethbridge à Montréal (2015). 

www.sandralachance.net

 

15 octobre 2015 au 14 novembre 2015
12 h à 17 h

VERNISSAGE –
Le jeudi 15 octobre 2015 à 17h30

La Galerie B-312 est heureuse d’accueillir dans sa grande salle l'exposition Jeux du Nord, de Sandra Lachance. À travers le portrait, qu'elle exploite depuis le début de sa carrière, l'artiste dépeint, dans cette série de photographies, le quotidien et les loisirs des jeunes adolescents inuits qui, au seuil de l'âge adulte, abandonnent leurs jouets pour de nouvelles occupations. Les projets de Sandra Lachance, au plus proche de l’humain, s'étalent toujours sur le long terme et impliquent un travail d'intégration et de collaboration au sein de différentes communautés – détenus, pensionnaires de maisons de retraite, enfants, adolescents. Ainsi, à la manière d'une anthropologue, elle a vécu trois mois en totale immersion sur le territoire du Nunavik, confrontée à la solitude, la barrière de la langue, ainsi que la méfiance et la lassitude de la population envers les voyageurs. C'est au travers du jeu que, jour après jour, l'artiste est parvenue à tisser des liens avec les jeunes filles d'Inukjuak. En partageant des activités ludiques et créatives comme la couture et le déguisement, celles-ci se sont laissées photographier, parées de chapeaux et de peaux de bêtes, dans des situations à la fois spontanées et provoquées par l’artiste. Les garçons ont quant à eux accepté de l’amener dans leurs périples quotidiens : à la pêche, à la chasse, ou lors d’un dépeçage de caribou. En mêlant fiction et réalité, Sandra Lachance se tient à distance du reportage documentaire, contourne les clichés et stéréotypes, et offre un angle de vue onirique et original. Face aux paysages désertiques et spectaculaires dans lesquels les scènes prennent place, on ressent le caractère à la fois rude et fascinant du Grand Nord. Tandis que la composition très travaillée et les couleurs ne sont pas sans évoquer le domaine pictural, la présentation en diptyque et en triptyque renforce l'aspect narratif de cette série de photographies. 

— Ophélie Chalabi