Cindy Phenix

DEUX PAR DEUX | EXPOSITION BUISSONNIÈRE

ⓒ Cindy Phenix—Translation sans point de départ— 2015

Cindy Phenix, née à Montréal au Québec, vit et travaille à Chicago (États-Unis). Elle a obtenu son baccalauréat en beauxarts à l’Université Concordia (Montréal, 2016) et sa maîtrise en beaux-arts à la Northwestern University (Chicago, 2020). Son travail sera exposé dans l’exposition While we’re at it, au 6018|North (Chicago). L’artiste a exposé en solo à la Galerie Hugues Charbonneau (Montréal), à la Maison de la culture de Longueuil et à la Nino Mier Gallery (Los Angeles). Les oeuvres de Phenix font partie des collections du Musée national des Beaux-Arts du Québec (CPOA), de la Caisse de dépôt et de placement du Québec, Claridge et d’Hydro-Québec. Elle est représentée par la Galerie Hugues Charbonneau à Montréal.

Cindy Phenix
Galerie Hugues Charbonneau

23 août 2021

L’œuvre de Cindy Phenix aborde la relation entre les sphères publiques et privées. Elle explore les différentes normes qui les régissent, la dynamique de leur coexistence, les relations de pouvoir dont elles sont l’arène et les sentiments qui en dérivent. À cet effet, l’artiste crée des scènes complexes dont se dégagent de puissants mouvements narratifs et affectifs. Phenix puise son inspiration de groupes de participation/discussion qu’elle organise et qu’elle dirige. Ceux-ci visent à une prise de conscience de l’expérience féminine par la réalisation de projets collaboratifs ainsi que la découverte d’expériences communes. Pour commencer, les femmes sont amenées à interagir avec des oeuvres d’art, à prendre part à des jeux, à situer leurs corps à l’intérieur d’installations créées par l’artiste. Elles sont ensuite invitées à partager anecdotes et réflexions dans le cadre de discussions dirigées par Phenix. Les performances corporelles et les récits ainsi recueillis deviennent un lieu d’analyse fécond pour l’artiste qui les réinterprète au sein de ses compositions. Il se dégage des toiles de Cindy Phenix une tension formelle palpable. Certaines surfaces sont le lieu d’empâtements gestuels et abstraits, tandis que d’autres, laissées intactes, révèlent le potentiel brut de la toile. Des aplats se juxtaposent aux lignes du dessin et nous entraînent dans des espaces paradoxaux. De nombreux personnages, aux teints et corps transformés, y interagissent. De ces mises en scène ambitieuses et ambigües, le large éventail de techniques que Phenix met en oeuvre fait surgir une éclatante charge émotionnelle.