Suzanne Joos

Artiste

 

PRATIQUE ARTISTIQUE 
Prônant le concept de désorientation comme nouveau mode de repérage, le travail de Suzanne Joos prend l’idée de la carte géographique comme sujet d’étude et d’exploration. Ses expositions se présentent sous l’allure de salles de topographies où se déploient de très grands dessins sous forme de rouleaux ou d'interventions éphémères. Elle privilégie dans sa démarche la dimension processuelle. La cartographie est alors perçue comme un système ouvert qui reste toujours à redéfinir et à repenser. L'artiste remet en question les notions habituelles de territoire et de frontières, le rapport entre l'écriture et la peinture. Elle déforme et désarticule des cartes usuelles, leur organisation spatiale pour concevoir un type d’espace sans points de vue fixe qui bascule vers le fictif. Et elle crée au fur et à mesure son propre lexique de signes scripturaux et picturaux. Par une succession de très petits gestes répétés, Suzanne Joos actualise des liens entre le privé et le public, les univers miniatures et le désir de l’infini. Si ses cartes ne permettent pas qu’on y retrouve une direction, elles invitent à vivre l’expérience de la désorientation.—Enfant d’émigrants, les Atlas ont représenté continuellement cette dualité entre le rêve d’un autre monde et une interrogation sur la notion de territoire. Après avoir réinventé l’ailleurs, élaboré des plans de villes inaccessibles, Suzanne Joos a développé une géographie du détritus en trafiquant des traces laissées par le temps sur le pavé des rues et des territoires. Dans cette optique, elle a conçu des photomontages numériques en croisant des photographies de tarmac abimées avec des fragments de ses œuvres originales, brouillant les pistes entre réalité et fiction. Par ailleurs, elle a fait circuler le concept de l’Atelier nomade, déménageant par morceaux une œuvre in situ créée sur le mur de son ancien espace, notamment durant l’événement Art Souterrain. Le récent travail de Suzanne Joos porte sur la création de plans d’architecture absurdes.

Biographie: 

Suzanne Joos vit et travaille à Montréal. Elle s’intéresse à la désorientation en questionnant la notion de territoire par le biais de cartes fictives. Depuis 2013, elle interroge aussi le concept d’atelier nomade tel que dans l'exposition Ailleurs, commissariée par Catherine Bolduc et à Art Souterrain (2014). Son travail est montré régulièrement lors d’expositions individuelles notamment au Centre culturel Henri-Lemieux durant le 375e anniversaire de la Ville de Montréal sous le commissariat de Nathalie Bachand (2017), au Centre d'art et d'essai Occurrence à Montréal (2015-2016), au centre d'artistes Voix Visuelle à Ottawa (2014), à la Maison de la culture Côte-des-Neiges à Montréal (2013), à l'Atelier Zocalo à Longueuil (2012), à la Galerie du Nouvel-Ontario à Sudbury (2010), à la Maison de la culture Frontenac à Montréal (2009), au centre d'artistes Verticale à Laval (2007), au Praxis Art Actuel à Sainte-Thérèse (2006), au Collectif Regart à Lévis (2005) ou encore à la Galerie de l’UQAM à Montréal (2004). Elle a aussi participé à des événements de groupe tels que le Symposium international d’art contemporain de Baie Saint Paul (2015), à l'exposition Abris et territoires à la Galerie Les Impatients à Montréal, commissaire Eric Mattson (2016), Le Drapeau des fous, événement présenté par Folie Culture à la Manif d'art 7 à Québec puis à Lille en France et l'exposition Gares, un projet hypermédiatique en collaboration avec La Traversée et Sébastien Cliche (2012). Ses œuvres font partie de collections publiques dont la Collection Prêt d'oeuvres d'art du Musée national de Québec, La