Raphaëlle de Groot

DEUX PAR DEUX | EXPOSITION BUISSONNIÈRE

ⓒ Raphaëlle de Groot—Île Nue — « Qu’est-ce qui fait qu’on veuille sauver un éléphant plutôt qu’un rhinocéros ? »—2017

Détentrice d’une maîtrise de l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM (Montréal, 2007), Raphaëlle de Groot vit et travaille entre Montréal et Orsigna, en Italie. Ses oeuvres sont présentées sur la scène canadienne et internationale depuis plus d’une vingtaine d’années dans de nombreuses expositions et événements dont à la Nuit Blanche de Paris, à Momenta | Biennale de l’image à Montréal, au San Diego Art Institute, à la Biennale de Venise et au Festival Cultural de Mayo à Guadalajara. Elle a reçu plusieurs distinctions, dont le Prix Pierre-Ayot en 2006, le Prix Graff en 2011 et le Prix Sobey pour les arts en 2012. En 2013, elle a été finaliste du ZOOM IN Award, décerné conjointement par Art Miami et CONTEXT. Elle a enseigné à l’Université de Lethbridge (Alberta), à l’UQAM et à l’Université Concordia (Montréal). Son travail est représenté par la Galerie Graff à Montréal et par la z2o Sara Zanin Gallery à Rome. 

Raphaëlle de Groot

20 août 2021

Développés dans des contextes variés à partir de rencontres, d’échanges et de collaborations, les projets artistiques de Raphaëlle de Groot impliquent la participation de communautés et d’individus dans la production de traces et de récits. Elle se déplace dans des territoires et des milieux de vie, dégageant des terrains de création à même ces expériences. Le processus repose alors sur la durée, la présence, l’écoute, l’investigation et la collecte de données de toutes sortes — dessins, photographies, vidéo, témoignages, documents, objets et matières hétéroclites. La performance fait aussi partie de sa pratique. Elle lui permet d’incarner des états d’attention et d’engagement. L’artiste s’interroge sur ce qui n’est pas visible comme tel mais qui participe de l’expérience du monde, la constitue de l’intérieur. Comment faire glisser le regard, basculer le point de vue pour considérer ce qui échappe à l’oeil et qui n’est pas vu? À partir de ses propres angles morts, cette question l’amène à sonder l’envers de tissus sociaux, hors champs, côtés cachés, oubliés, délaissés ou négligés de diverses réalités.

Lire le commentaire de l'hôte